Grandir en self-LEADERSHIP

Les trois clés pour avoir la victoire privée qui garantit un succès à long terme

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur email

C’était la première fois que je sentais que j’avais atteint ma limite en Leadership….J’étais responsable d’une association étudiante. Avec mon équipe, nous avions déployé pas mal d’efforts pour communiquer sur l’événement. Nous voulions absolument partager avec d’autres étudiants le rêve qui nous animait.  Nous savions que nous ne pouvions pas le faire sans leur implication.

Le soir venu, nous étions heureux de constater que nos efforts avaient payé. On sentait que nos invités étaient stimulés par notre initiative. La salle était électrisée. Arrive le moment où je présente la vision à nos invités. La bonne nouvelle est qu’ils étaient enthousiastes prêts à s’impliquer…

La moins bonne est que je n’avais pas anticipé l’enthousiasme des étudiants pour passer à l’action. Intérieurement, je sentais que ce n’était pas juste une erreur banale. J’avais atteint un palier dans ma capacité à conduire les gens. Je ne voyais pas comment emmener toutes ces personnes plus loin, au delà du chemin déjà parcouru. J’avais besoin de grandir en Self-Leadership… 

Si je voulais emmener les autres plus loin, il fallait que je me consacre plus activement à ma croissance en tant que leader. 

investir dans sa croissance en tant que leader

 

1- Que faire lorsque vous atteignez le plafond de verre ?

La tentation est de feindre que tout va bien et de continuer à faire ce que l’on sait faire. On se dit qu’il va falloir s’activer deux fois plus, on s’appuie naturellement sur les mêmes stratégies que l’on connait. 

Dans mon cas, motiver les gens, les encourager, leur parler de ce qu’on peut faire ensemble. Sauf qu’à un moment cela ne suffit plus. Mon équipe et nos followers commençaient à être frustrés de ne pas savoir comment transformer ce rêve en réalité. Ils avaient besoin de savoir comment le faire concrètement

Le momentum était passé…Les membres de mon équipe ont ressenti le malaise. Ce qui était vrai pour mon équipe est également vrai pour la vôtre. Les membres de nos équipes sentent quand on est en train de les balader et que d’une certaine manière, on fait l’autruche. MAIS c’est précisément ce que vous faites quand vous n’avez pas le courage de reconnaître la vérité en face. Vous décevez votre équipe… 

Vous passez de l’élan de la vision à la maintenance de l’illusion…

Si vous ne regardez pas vos défaillances en face, cela montre indirectement que nous n’êtes pas en mesure de sécuriser émotionnellement votre équipe. Dites-vous qu’elle sait déjà qu’il y a un truc qui cloche, c’est juste qu’elle ne vous le dit pas. Vous pouvez très bien continuer comme ça pendant un moment. Les mauvais mécanismes ont la vie dure… Il y a tellement de choses à faire, tellement d’urgences à gérer. 

La seule chose pour vous sortir de votre roue de hamster, c’est d’avoir le courage d’affronter la vérité en face. 

Si vous voulez lire un livre à ce sujet, je vous encourage à lire, le courage d’être soi de Jacques Salomé, vous pouvez le trouver : ici.
 

2- Comment sortir du dilemme de l’imposteur et de la façade du super héros ?

On entend régulièrement dans les journaux, l’histoire de personnes connues, qui ont accompli des choses prodigieuses mais qui n’ont pas su résister à la pression et qui s’effondrent du jour au lendemain. 

des leaders corrompusParfois, c’était quelque chose dont la célébrité souffrait déjà mais qu’elle avait réussi à cacher… jusqu’au jour où un faux pas devient impossible à dissimuler. Cela éclate au grand jour et surprend tout le monde (ex : Dominique Strauss Khan). 

Bref, des personnalités qui donnent l’apparence du succès au sommet de leur vie mais qui ont gardé dans la partie cachée de leur vie quelque chose de néfaste. Elles ont laissé cette chose tapie dans l’obscurité croyant que cela disparaîtrait comme par magie. En réalité, comme la moisissure qui se développe dans les endroits humides et sombres, ce que vous n’avez pas confronté à gagné du pouvoir sur vous…

A l’image du sinkhole – cet effondrement brutal qui laisse place à un trou profond aux bords nets – ces personnes influentes n’ont pas été préparées à cette pression. Elles ont accordé trop d’importance aux apparences plutôt que de travailler sur leurs vrais problématiques. 

Le succès publique est une source de pression énorme qui appuie sur nos fragilités de manière excessive. Plus celles-ci sont importantes, plus le danger d’effondrement est important. 

La notion de « victoire privée« , inventée par Stephen Covey, est clé lorsque l’on parle de Leadership. Cette notion met l’accent sur le travail intérieur, c’est-à-dire sur toutes les fois où l’on a choisit de prendre du temps pour soi afin de se remettre en question et d’entrer en processus de guérison de ses blessures émotionnelles.

3- Quels sont les trois premiers obstacles à surmonter pour atteindre la victoire privée ?

La victoire privée concerne le travail incontournable sur soi trop souvent négliger. Il consiste à se doter d’un arsenal intérieure émotionnel et spirituel qui permet de traverser sa souffrance, résister à ses tentations et avancer avec résilience dans ses épreuves. C’est la victoire privée sans laquelle une victoire publique ne peut pas durer. 

Grandir en Self-Leadership, c'est construire la victoire privée

Sur la carte du Wonder Leader la zone « Grandir en Self-Leadership » débute avec la « Victoire privée« . Celle-çi passe par le dépassement de trois montagnes dont la dernière est la montagne  « Focus » du Leadership. Ces trois montagnes reflètent chacune des difficultés : 

  • Manquer de clarté sur qui l’on est, reflète le fait qu’on ait pas pris le temps d’apprendre à se connaître. Tellement de choses à faire et de pression à gérer. Savoir qui on est, comprendre son fonctionnement et ses besoins sont essentiels. 

On lance son projet en faisant l’économie de comprendre que nous sommes le projet.

  • Manquer de direction sur où l’on veut aller ,  avant de savoir conduire son équipe, donner de la direction à sa propre vie est en soi un challenge. Avoir les outils pour construire son projet de vie, ses objectifs sur 3 ans à 5 ans puis les décliner sur des objectifs pour l’année permet de donner une direction à sa vie quotidienne. 
  • Manquer de focus sur les priorités, peut à travers toutes les sollicitations extérieures et imprévues, prendre le pas sur nos aspirations, nos objectifs, notre qualité de vie. Notre efficacité et l’attention que l’on doit accorder à nos proches et notre équipe s’en trouve dramatiquement amoindri. Tellement de choses peuvent nous paraître importantes mais toutes ne nous conduisent pas au résultat recherché. 

Si voulez en savoir un peu plus sur le coaching, c’est par ici

Fermer le menu