Comment obtenir la permission de Diriger son equipe ?

Maîtriser le niveau 2 du leadership : Les relations

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Vous est-il déjà arriver de sentir que votre équipe ne vous suivez pas ? Que d’une certaine manière vous aviez perdu leur assentiment ? De la même manière que c’est possible de perdre l’adhésion de votre équipe, elle indique qu’il faut d’abord la gagner. Alors qu’est-ce qui fait que les gens vous suivent et sont motivés à l’idée de le faire ? Est-ce à cause de votre charisme, de votre assurance, de votre côté directif ? Et plus précisément dans le cadre de votre travail, ou de votre entreprise, dans quelle mesure votre équipe est engagée à vous suivre ? L’exercice du leadership se démontre par les résultats que les gens produisent et par leur motivation à vous suivre. 

Un leader qui n’est pas suivi est juste une personne qui se ballade. 

Je ne parle pas d’avoir beaucoup de « followers » sur Instagram ou Twitter. On peut-être un influenceur sans être un véritable leader. Pareil concernant un manager ! 
Je parle de notre capacité à mobiliser les personnes de nos équipes ou de notre organisation en vue d’un changement impactant…Sur quoi repose donc cette dynamique ?

Vous pouvez impressionner les gens à distance, mais vous devez vous rapprocher d’eux pour les influencer – Rick Warren  

Elle repose principalement sur votre capacité à nouer des relations de qualité avec votre équipe. Les relations ont une grande puissance. Dans cet article, j’attire votre attention sur une croyance qui empêchent beaucoup de responsables d’obtenir la permission pour diriger leur équipe. Puis, nous verrons 3 conseils pratiques pour motiver ses troupes à donner le meilleur d’eux-même. 

 

1- La fausse idée dont il faut se débarrasser 

C’est la suivante : « Un leadership avec permission est pour les gentil(le)s, doué(e)s dans les relations mais qui prend trop de temps pour moins de résultats. »  

L’illusion est de croire que parce que vous êtes distants (en ne s’impliquant pas émotionnellement) ou que vous êtes copains (comme ça on évite les conflits) cela facilite les relations interpersonnelles. Ce n’est pas vrai ! La réalité est que cela change rien au fait de devoir prendre des décisions difficiles, de confronter les personnes qui ne respectent pas le cadre fixé, ou de faire de la médiation dans votre équipe en cas de conflit, et tout cela en ne perdant pas de vue les objectifs fixés. 

D’autre part, investir ces relations de manière intentionnelle vous amène à vous poser les questions suivantes : Qui est cette personne pour moi ? Une force de travail ? Une compétence de plus dans ma boite à outil ? Un collègue inintéressant ? Ces questions m’interrogent sur la valeur que je donne à chaque personne de mon équipeEnsuite, qu’est-ce que je veux découvrir de cette personne ? Qu’est-ce que je veux apprendre d’elle ? Qu’est-ce que je peux lui apporter ? Qu’est-ce qui la motive ? Qu’est-ce qui est important pour elle ? Ces questions m’interrogent sur le style de relation que je veux bâtir

Avant de vouloir obtenir quelque chose de votre équipe, demandez-vous qu’est-ce que vous leur donnez ? 

Un ouvrage intéressant pour approfondir son leadership par le don est l’ouvrage de Benjamin Pavageau, « Développer vraiment son leadership« . Ce fut le sujet de sa thèse de doctorat. Il travaille actuellement pour le cabinet de coaching Turning Point. 

Le leadership d'équipe

2- Trois conseils pour obtenir la permission de diriger son équipe 

Construire des relations établit une fondation pour pouvoir diriger les gens efficacement. L’avantage clé dans un leadership de permission est qu’il augmente le niveau d’énergie et d’implication de son équipe. Vous serez en mesure de demander plus sans mettre une malsaine pression ou micro manager votre équipe. Voici trois conseils qui vous aideront à obtenir franchir le niveau du leadership : La permission. 

  • Sécurisez les psychologiquement : cela veut dire trois choses : 1- qu’ils ont besoin d’un cadre clair lorsque vous leur donner une mission, un projet, ou des consignes. Prenez-le temps d’anticiper les questions qu’ils pourraient se poser et surtout clarifier bien ce que vous leur demandez. Faites-le par écrit, c’est toujours mieux. Ne faites de délégation d’autorité, de projet ou de mission en mode catapulte. Vous le paierez dans les résultats et mettrez à mal vos relations. Si c’est nouveau pour vous lisez le « One minute manager » de Kenneth Blanchard et Spencer Johnson. 2- vous avez besoin d’être constant dans votre manière de gérer vos relations. Pour cela appliquez la règle d’or : « Ne faites pas aux autres ce que vous n’aimeriez pas qu’on vous fasse ». Cela sécurise votre équipe de s’avoir à quoi s’attendre vous concernant. Si vous revenez toujours sur ce principe, ils ne vous consideront pas comme lunatique, tyrannique ou laxiste mais au contraire ils verront quelqu’un de constant, juste et bienveillant. 3- donnez-leurs les moyens de faire ce que vous leur demandez de faire.   
  • Gagnez leur cœur avant de demander plus : C’est évident ! Mais pourtant combien de fois nous demandons à nos équipes de sacrifiez leurs envies, leur rêves, leurs personnalités, leurs fonctionnement, leurs temps de famille pour faire ce dont on a besoin comme si c’était la chose la plus importante de leur vie. Mais aujourd’hui l’un des gros problèmes est que l’on considère le capital argent comme supérieur au capital humain. C’est dangereux et inverse des valeurs importantes et des priorités qui détruisent les personnes. Considérez les personnes comme des personnes entières, ils ont leur vie au travail mais également en dehors du travail. Elles ne sont pas seulement ce que vous voyez qu’il vous montre. Apprenez à vraiment les connaître et démontrez un intérêt sincère à leur égards. C’est dans votre intérêt parfois de leur dire de rentrez chez eux !

If you want to go higher go deeper !  

  • Soyez leur premier supporter  : La réalité est qu’on est plus centré sur nos attentes et à l’affût des choses qui ne vont pas et quand vous êtes de culture française, c’est presque un style de vie 😛 mais je vous rassure ce n’est pas fatalement une manière d’être…Pour guérir de épidémie nationale,il suffit de se rappeler de deux choses pour 1 chose négative cherchez les opportunités d’en dire 3-4 de bonnes. Puis écoutez les personnes de votre équipe lorsqu’elles ont réussit à faire quelque chose de bien ou atteint un objectif compliqué, valorisez les qualités mises en oeuvre pour surmonter les obstacles, cela change tout ! 

Bien sûr, mettre en application ses conseils exigent de bien être au clair sur le leader que vous voulez êtes. J’en parlerai un peu plus dans un autre article. Le vrai défi est de trouver un équilibre entre franchise et affection, ce qui fera également le sujet d’un autre article. 

Si cela fait écho à vos défis du moment et que vous souhaitiez progresser sur ces questions, profitez de votre premier rdv gratuit pour voir si cela peut faire l’objet d’un cycle de coaching ici